Principe d’une maison autonome

Principe d’une maison autonome

La consommation d’énergie ne cesse d’augmenter dans le monde. Or, les sources deviennent de plus en plus rares, d’où la nécessité de produire soi-même sa propre énergie. L’exploitation des énergies renouvelables est l’une des meilleures solutions pour une autoproduction. C’est le rêve de tous les foyers dans le monde, être autonome et ne plus dépendre du réseau public que ce soit en eau chaude sanitaire ou en électricité. Pourtant, il y a des règles strictes qu’il faut respecter ainsi que des principes qu’il faut suivre. Alors, quels sont les principes d’une maison autonome ?

Produire soi-même sa propre énergie

Le principe d’une maison autonome réside dans sa capacité à produire de l’énergie suffisante pour sa propre consommation. Autrement dit, pour être indépendant en électricité, le logement doit être capable de produire sa propre électricité et la consommer directement. La conservation à court terme de ces énergies est également possible grâce à des batteries de stockage. Pour la consommation, elle doit être assez modérée pour limiter le gaspillage.

La production de l’électricité à usage domestique peut se faire par plusieurs moyens.

Les panneaux solaires photovoltaïques sont les plus répandus pour l’exploitation de l’énergie renouvelable. Pour les régions plus venteuses, les machines éoliennes domestiques sont les plus adaptées pour créer du courant électrique dans un bâtiment. Le but dans l’indépendance énergétique c’est de ne plus se connecter aux réseaux publics, donc la revente du surplus d’électricité n’est pas du tout faisable. Toutefois, cette autosuffisance énergétique ne pourrait jamais être atteinte qu’en utilisant des appareils électriques économiques.

Lire aussi :   Comprendre le RT 2020 en quelques minutes

La récupération d’eau

Il n’est pas du tout possible d’être exclusivement autonome en eau surtout en France. En effet, il est obligatoire de se connecter au réseau national pour avoir de l’eau sanitaire à usage domestique. Il est également interdit d’utiliser en tant qu’eau potable, l’eau de pluie que vous avez récupérée. Cependant, l’eau de pluie peut bien être employée après un traitement pour l’alimentation des machines à laver. L’arrosage du jardin ou le nettoyage des toilettes peut aussi se faire avec de l’eau pluviale.

Le gaspillage de l’eau peut être évité en adoptant des gestes simples au quotidien. Ainsi, la surconsommation est la première action à bannir. Donc, il faut limiter au maximum les longs bains en été, l’écoulement d’eau durant la vaisselle ou durant le brossage des dents. L’utilisation des toilettes sèches est aussi une option très en vogue en ce moment pour lutter contre le gaspillage de l’eau propre. Pour avoir une autonomie en eau chaude, l’installation d’un chauffe-eau solaire est la meilleure solution.

L’autonomie en chauffage est nécessaire

L’un des principes d’une maison autonome c’est l’indépendance en chauffage. Pour y arriver, l’isolation de la maison doit être parfaite à tous les niveaux. L’étanchéité du bâtiment ne doit pas être minimisée tout en gardant la qualité de l’air circulant dans chaque chambre. Par conséquent, les menuiseries doivent être équipées de double vitrage ou de triple vitrage. Les murs et le plancher sont à isoler avec des isolants épais et étanches.

Pour avoir un air de qualité, l’utilisation d’une ventilation double flux est préconisée. Ces travaux sont à faire idéalement pendant les périodes de rénovation pour accentuer l’indépendance de votre logement. Le renforcement du chauffage est à faire en installant un chauffage solaire passif (poêle à bois). Dans le cadre d’une nouvelle construction, l’autonomie en chauffage peut se faire en optant pour une maison passive bioclimatique. Elle n’a pas besoin de beaucoup d’énergie pour se chauffer pourtant elle est dotée d’une température confortable.

Lire aussi :   Une maison passive pour réaliser des économies d'énergie

Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.